Mickaël Feugray

Mickaël FeugrayPondu à l’hiver 82 — par l’on ne sait quel drôle d’oiseau — au Havre, berceau de Raymond Queneau, Mickaël Feugray n’habite pas l’appartement de Queneau, ne côtoie pas la famille Queneau, ni même les amis Queneau. Il parcourt bien la médiathèque Queneau — de temps à autres — mais pas autant qu’on se l’imagine. Il regrette cependant le peu de place accordée au fondateur de l’OuLiPo, pas tous les jours non plus, il ne faudrait pas exagérer — il a des courses à faire et du ménage en retard — mais « pas jamais », s’il peut l’exprimer ainsi.
En revanche, il lit. De tout. Des poèmes dans les nuages de lait, des lettres dans les branches d’arbres, des lignes sur les mains… et de la littérature blanche, surtout. Queneau ? Oui, entre autres — il ne souhaite pas insister — avec Vian, Chevillard, Bukowski, Ionesco, Dubillard, Beckett, Michaux, Sarraute, Aymé, Égloff, Viel, Châteaureynaud, Mendoza, Buzzati.
Il aime le mélange des jours, les éclairages à contre-genre, tout ce qui tache et éclabousse, parce qu’à son sens, le propre de la littérature, c’est de ne pas l’être.

Blog : http://kael.hautetfort.com/

Editions Luciférines
Chatterton Blues, anthologie Sombres Félins, mai 2016
Cambrousse Punk, anthologie Maisons Hantées, avril 2015

Autres publications

Recueil :
Arthrite et Cataracte, éditions In&Dits, 2016 (à paraître)

Nouvelles :
Bleu nuit, Anthologie « Le Polar à la Plage », Les Ancres Noires, décembre 2013
Le cœur en désordre – Macadam Fortune – Les Sonnets de la Fosse, Anthologie En avant la musique !, éditions Maruja Sener, collection « Dix de Plume », janvier 2013.